Skip to main content

14 facteurs qui ont une incidence sur le coût total du risque lié à la propriété d’une organisation

Il est important de réduire le coût total du risque lié à la propriété de votre organisation pour assurer sa résilience opérationnelle et obtenir des résultats financiers favorables. Établissez et analysez des indicateurs clés de rendement immobilier, cela vous permettra d’élaborer un programme de gestion des risques plus robuste qui contribuera à améliorer votre profil de risque tout en rendant votre police d’assurance plus efficace en cas de perte. Voici 14 indicateurs sur lesquels s’attarder :

1. Valeurs (évaluation des actifs)

La capacité de fournir aux souscripteurs des valeurs de remplacement des propriétés précises est essentielle. Cela aide non seulement à assurer une récupération adéquate en cas de perte, mais aussi à optimiser votre achat d’assurance de biens. De même, les entreprises ont besoin d’une analyse concise des fonctions et des activités critiques qui contribuent à leurs flux de revenus pour effectuer des évaluations précises de leur exposition au risque d’interruption des activités. Indépendamment de la taille ou de l’étendue de vos activités, vous devez vous assurer que la valeur établie de votre propriété et les valeurs associées à l’interruption de vos activités sont exactes et à jour afin de faire la distinction nette entre la valeur de remplacement et la valeur marchande de vos biens physiques.

2. Antécédents de sinistres

Les programmes d’assurance des biens tiennent compte d’un historique des sinistres sur 5 ans et 10 ans. De nombreux souscripteurs considèrent les antécédents de sinistres, y compris la fréquence et la gravité, comme le facteur le plus important dans l’évaluation du programme d’assurance d’un client. Il y a donc une corrélation directe avec l’historique des sinistres d’un assuré et son coût total du risque lié à la propriété. L’analyse de l’emplacement géographique et de la vulnérabilité aux dangers naturels, de l’exposition propre à chaque industrie, de la chaîne d’approvisionnement, de la construction et de la planification de la continuité des activités permettra aux entreprises de réduire leur exposition future aux pertes.

3. Profil de risque

Du point de vue d’un souscripteur, le profil de risque d’un client est un facteur clé dans la détermination des prix, des modalités et de la capacité. En plus de l’historique des sinistres récents et plus lointains et du secteur industriel, un profil de risque comprend habituellement la situation géographique, les valeurs, la structure et l’exposition à des risques de catastrophe. Le profil de risque tient également compte de la mise en œuvre dans l’entreprise de saines pratiques de gestion des risques, comme la sécurité incendie, de plans de continuité des activités mis à jour et régulièrement mis à l’essai et de la résilience de la chaîne d’approvisionnement. Les mesures visant à renforcer votre profil de risque peuvent mener à des négociations plus efficaces avec les assureurs et de façon générale, à une réduction du coût global du risque.

4. Prévention et ingénierie

Il n’y a pas de stratégie éprouvée pour éliminer l’exposition aux pertes, mais les responsables du risque peuvent gérer, atténuer et réduire au minimum le réseau complexe d’expositions aux pertes liées à un grand éventail des risques, allant des dommages pouvant être causés aux biens corporels et aux biens des fournisseurs, voire à leur destruction, à l’interruption ou à la réduction des activités. Pour les entreprises et les fournisseurs qui exercent leurs activités dans des régions sujettes à des catastrophes ou qui disposent d’un approvisionnement limité en eau pour faire face aux risques d’incendie, les services de protection contre les incendies et d’ingénierie peuvent accroître leur capacité à respecter les normes mondiales.

5. Gestion de la continuité des activités

L’une des expositions les plus dévastatrices pour toute entreprise est la perturbation ou la réduction des activités critiques. Outre la perte évidente de revenus, il y a la possibilité notamment d’une perte prolongée ou permanente de la part de marché, de dommages à la réputation et du départ des employés principaux. Pour que la gestion de la continuité des activités soit efficace, il faut repérer les vulnérabilités, calculer la perte prévisible maximale et élaborer des plans afin de regrouper les ressources autour des activités essentielles.

6. Chaîne d’approvisionnement

Pour nombre d’entreprises, même un arrêt temporaire chez un fournisseur essentiel peut avoir des conséquences dévastatrices qui peuvent aller au-delà de la perte de revenus à court terme et inclure des dommages à la réputation et la dégradation de la part de marché. Compte tenu de l’importance stratégique des réseaux d’approvisionnement mondiaux, les entreprises devraient affecter des ressources adéquates pour maintenir leurs chaînes d’approvisionnement et protéger la valeur qu’elles offrent. Des solutions allant de la gestion des risques d’entreprise aux capacités actuarielles et à l’analyse de l’évaluation de l’exposition peuvent aider les entreprises à déterminer comment et où la valeur est générée, à quantifier les vulnérabilités potentielles, à regrouper les ressources là où elles offriront une protection maximale et à évaluer ou à déterminer le caractère adéquat des couvertures en cas d’interruption des activités et de carence des fournisseurs.

7. Recouvrement d’assurance

Chaque fois qu’une entreprise subit une perte, qu’il s’agisse de dommages à une installation individuelle ou d’une catastrophe majeure qui cause des pannes dans la chaîne d’approvisionnement ou la destruction de plusieurs biens, le recouvrement d’assurance efficace exige dans la majorité des cas que les professionnels des réclamations répondent rapidement et de manière exhaustive. Étant donné que la capacité d’obtenir un recouvrement d’assurance complet en temps opportun est un élément essentiel du coût total du risque lié à la propriété, les entreprises devraient prendre des mesures avant que ne survienne un sinistre pour revoir leur protection et se positionner de façon à maximiser les recouvrements en cas de perte.

8. Tarifs

Il y a de nombreuses variables qui influent sur le prix de votre programme immobilier, notamment, les conditions du marché de l’assurance commerciale, le montant et le type de couverture achetée, le risque retenu, la structure du programme et tous les éléments qui composent le profil de risque de l’entreprise. (historique des sinistres, emplacement et construction de propriétés, secteur industriel et divers moyens de contrôle et de prévention des pertes). En collaboration avec votre courtier, la comparaison de votre programme par rapport à des expositions similaires aidera à déterminer si le prix de votre programme est concurrentiel et conforme à votre appétit pour le risque.

9. Modalités de l’assurance

Les modalités de l’assurance peuvent changer d’une année à l’autre, selon les conditions du marché et l’historique des sinistres, ainsi que les changements dans le profil de risque et les activités de l’entreprise assurée. Au fur et à mesure de l’évolution des conditions du marché de l’assurance, les modalités des polices peuvent devenir plus favorables ou plus restrictives. Par exemple, en réponse au nombre de catastrophes naturelles survenues au cours des dernières années, de nombreux assureurs ont resserré la couverture des risques d’interruption des activités et des risques de carence de fournisseurs. Au sein de l’entreprise, la communication avec les principaux intervenants au sujet des décisions prises en matière d’achat d’assurance est essentielle.

10. Structure

Une structure de programme efficace peut faire beaucoup pour aider une entreprise ou une entité assurée à contrôler ses déboursés liés aux primes, à gérer les expositions critiques et le coût total du risque lié à la propriété. Lorsqu’elles évaluent cet élément des coûts du risque, les entreprises doivent travailler avec leur courtier pour évaluer d’éventuelles lacunes de leur couverture et déterminer quelle sera la réponse de leurs diverses polices d’assurance immobilières en cas de sinistre. Les entreprises devraient également tenir compte des liens entre les différentes polices d’assurance de première partie (ou non) et de la façon dont certaines couvertures d’assurance peuvent se chevaucher, comme l’assurance biens et la protection d’assurance contre les cyberrisques, l’assurance biens et l’assurance environnementale ou encore l’assurance biens et l’assurance contre le crime. Examinez toutes les options qui s’offrent à vous à l’étape de l’achat et au fur et à mesure que des réclamations se produisent.

11. Montants et sous‐montants de garantie

Les entreprises doivent évaluer le caractère adéquat de leurs montants de garantie pour les biens afin de tenir compte de tout sinistre maximum prévisible et comprendre comment les sous‐montants de garantie pour certains types de risques, comme les dommages causés par les inondations ou le vent, peuvent influer sur les conséquences financières de divers sinistres sur leur situation. Encore une fois, il est important de communiquer avec les principaux intervenants pour les informer comment ces montants peuvent changer d’une année à l’autre.

12. Stabilité de l’assureur

Le climat d’investissement difficile et la possibilité que les sociétés d’assurance de dommages subissent des pertes importantes malgré les outils et les algorithmes évolués qu’elles utilisent pour gérer leurs expositions regroupées ont créé un environnement où la sécurité du marché de l’assurance et la capacité de règlement exige une surveillance constante.

13. Modélisation des risques de catastrophes graves et de catastrophes naturelles

À mesure que les entreprises étendent leurs activités à l’échelle mondiale, elles doivent être conscientes des vulnérabilités potentielles aux catastrophes naturelles et aux risques catastrophiques afin d’évaluer et de gérer en toute confiance le coût total du risque lié à la propriété. Les données de modélisation des catastrophes naturelles fournissent des caractéristiques primaires et secondaires sur les expositions potentielles. Les données les informeront également des risques sismiques, permettant aux entreprises de cibler les zones de la propriété qui devraient être contrôlées ou examinées sur le plan technique pour déterminer si elles sont bien préparées pour atténuer les conséquences d’un événement.

14. Seuils de rétention

En ce qui concerne la gestion du coût total du risque lié à la propriété, un plus grand nombre d’entreprises ont recours aux méthodes analytiques pour déterminer leur niveau optimal de rétention du risque. Selon le niveau de risque qu’ils choisissent de conserver, ils pourraient envisager d’évaluer l’efficacité de l’approche d’une société mère ou d’une captive collective ou d’autres approches de financement du risque comme des mécanismes stratégiques qui pourraient permettre d’augmenter les seuls de rétention et de réduire le transfert des risques.

Conclusion

La volatilité des marchés incite un plus grand nombre d’organisations à chercher de meilleures façons d’utiliser les données de façon plus significative. Les outils diagnostiques et analytiques disponibles aujourd’hui peuvent vous permettre de quantifier votre exposition aux risques liés à la propriété, de déterminer et de prioriser les possibilités d’atténuation des risques et de révéler les secteurs d’amélioration de votre programme d’assurance.