Skip to main content

Représentants en cas de réclamation: Les super héros méconnus de la reprise après sinistre

Lorsqu’une catastrophe naturelle survient – et qu’une entreprise subit des dommages matériels importants et que ses activités sont perturbées –, les pertes en jeu peuvent se chiffrer en millions de dollars. Dans de telles situations, il est crucial que les entreprises touchées recouvrent l’assurance en temps opportun pour réparer ou remplacer les installations endommagées, maintenir les revenus et rétablir les opérations essentielles à leur pleine capacité.

Dans ces cas, des représentants en cas de réclamation chevronnés des courtiers d’assurance peuvent jouer un rôle important dans la capacité d’une organisation à obtenir un recouvrement d’assurance en temps opportun et à réduire au minimum les retards et les refus qui menacent la reprise des activités.

Malheureusement, les pertes liées à des catastrophes naturelles se sont multipliées au cours des dernières années. Selon le rapport Weather, Climate & Catastrophe Insight Report d’Aon (en anglais), les pertes économiques attribuables aux catastrophes naturelles ont atteint un sommet de 232 milliards de dollars américains en 2019, clôturant ainsi la décennie la plus coûteuse jamais enregistrée. Entre 2010 et 2019, les dommages économiques ont atteint 2,98 billions de dollars américains, soit une augmentation de 1,19 billion de dollars américains par rapport à la décennie précédente. Après de telles catastrophes, le recouvrement des réclamations peut être difficile, même pour les organisations dotées de grands services juridiques et de gestion des risques. Ainsi, malgré leur compréhension des questions juridiques et contractuelles, les conseillers juridiques de l’entreprise et autres ne sont souvent pas équipés pour s’y retrouver dans la formulation, les modalités et les restrictions complexes et spécialisées de la police d’assurance.

De nombreux obstacles au recouvrement

Au cours des dernières années, les polices d’assurance des biens et les structures de programmes complexes ont été de plus en plus assujetties à de nouvelles clauses restrictives, à des définitions plus étroites des pertes, à des sous-limites propres aux risques et à leur interprétation subjective par les assureurs, ainsi qu’à des controverses connexes entourant les causes du sinistre. Il a donc été difficile de concrétiser des recouvrements d’assurance équitables et opportuns en cas de sinistre.

N’importe laquelle de ces questions peut donner lieu à des malentendus, à des négociations plus ardues et prolongées, à des refus catégoriques de couverture, à des recouvrements financiers inadéquats et, par conséquent, à davantage de retards dans le rétablissement des opérations et du rendement.

En outre, dans le contexte de sinistres à grande échelle, comme ceux causés par des catastrophes naturelles, y compris les ouragans, les inondations, les tsunamis et les tremblements de terre, les experts en sinistre des compagnies d’assurance n’ont pas tous l’expertise technique nécessaire pour analyser la réclamation de manière à maximiser la couverture.

Quand les gestionnaires de risque prévoient la possibilité d’une réclamation potentiellement importante et complexe, ils doivent envisager d’intégrer à leurs équipes de gestion des réclamations des professionnels qui ont les connaissances de base nécessaires pour analyser la réclamation de manière à maximiser équitablement leur couverture disponible.

Les représentants en cas de réclamation du courtage immobilier peuvent aider les entreprises à s’y retrouver dans ces situations et, souvent, à accélérer les recouvrements d’assurance. Par exemple, lorsque des représentants en cas de réclamation d’Aon ont été impliqués dans des sinistres importants de 5 millions de dollars américains ou plus en Amérique du Nord en 2019, les assureurs ont payé en moyenne 55 % de plus que leur offre initiale, ce qui s’est traduit par des dizaines de millions de dollars de recouvrements supplémentaires pour des réclamations liées à l’assurance de biens versés aux titulaires de police.

Habituellement, les représentants en cas de réclamation liée à l’assurance de biens travaillent directement avec les assurés, les courtiers immobiliers et les représentants des assureurs afin d’aider les assurés à recouvrer les sommes qu’ils avaient prévues au moment de la conception et de la mise en place de leur programme d’assurance. Dans de nombreux cas, des représentants en cas de réclamations, comme ceux d’Aon, peuvent même être appelés à intervenir après qu’une réclamation liée à l’assurance de biens a été refusée ou qu’une offre de couverture a été inférieure à ce qui était prévu. Les protocoles de transmission d’Aon comprennent une équipe désignée qui travaille avec ses homologues assureurs pour mettre en œuvre des stratégies convenues de règlement des réclamations afin d’optimiser les résultats obtenus pour les clients.

Tirer parti des services offerts avant sinistre pour déceler les controverses potentielles

Afin d’éviter les problèmes de couverture en cas de sinistre, de nombreuses entreprises font appel aux représentants en cas de réclamation d’Aon pour qu’ils travaillent avec leurs courtiers pendant le renouvellement de leurs assurances de biens afin d’examiner leurs programmes et de déceler les problèmes potentiels de couverture avant le renouvellement desdites assurances. Les représentants en cas de réclamation liée à l’assurance de biens expérimentés peuvent apporter leur aide dans les domaines suivants :

  • Examens des couvertures des biens. Les représentants en cas de réclamation peuvent examiner les polices et les garanties d’assurance de biens pendant le renouvellement afin de déceler les controverses possibles avant que la couverture ne soit souscrite. Ils peuvent également aider, au cours de l’année de la police, à examiner ces problèmes avant un sinistre important.
  • Intervention en cas de perte liée à une catastrophe. En cas de sinistre important, on peut faire appel à des représentants en cas de réclamation pour qu’ils collaborent avec l’équipe de préparation des réclamations de l’assuré et avec les experts en sinistres de la compagnie d’assurance afin de faire correspondre les couvertures aux pertes et aux causes précises. Cela peut contribuer à éviter les conflits potentiels et à accélérer le recouvrement.
  • Scénarios de pertes complexes. En cas de sinistre catastrophique, en présence de problèmes potentiels quant aux causes ou à d’autres questions liées à la police, les représentants en cas de réclamation peuvent travailler avec l’équipe des réclamations de l’assuré afin de déterminer les couvertures applicables aux dommages matériels ou aux perturbations opérationnelles et d’aider à rédiger la réclamation qui sera présentée aux assureurs.
  • Refus de couverture totale ou partielle. Les représentants en cas de réclamation peuvent examiner les raisons des refus des compagnies d’assurance, examiner les pertes, déterminer les couvertures pertinentes et transmettre les réclamations à l’assureur.

Il n’est pas inhabituel que les polices d’assurance de biens comptent plus de 100 pages et comportent de nombreuses dispositions techniques complexes. Les représentants en cas de réclamation liée à l’assurance de biens qui ont de l’expérience dans la négociation de recouvrement après sinistre peuvent aider les assurés et leurs courtiers à prévoir les problèmes de réclamation et à élaborer des stratégies visant à les régler pendant le processus de renouvellement.