Skip to main content

Optimisez-vous votre stratégie de gestion des risques en fonction du marché d’aujourd’hui?

L’incertitude économique causée par la pandémie de COVID-19 a bouleversé le marché de l’assurance, et de nombreuses sociétés cherchent des moyens d’améliorer leurs flux de trésorerie, d’augmenter leurs liquidités et de stimuler la croissance.

Les grandes et moyennes entreprises sont maintenant confrontées à un marché de l’assurance où les prix montent tandis que la capacité baisse, et où il est difficile de trouver des modalités concurrentielles. Face à ces vents contraires, des gestionnaires de risque et autres dirigeants d’entreprise pourraient ignorer quelle est la meilleure décision à prendre.

Fort heureusement, c’est justement le moment idéal pour repenser les stratégies traditionnelles de financement des risques et se demander : « Pourquoi est-ce que je m’assure? » Un cadre novateur, appelé le financement de risque de nouvelle génération, peut aider les organisations de toutes tailles à optimiser leurs stratégies de gestion des risques.

Utilisation des données pour établir un cadre de gestion des risques

En raison de la perturbation du marché, il est difficile d’appliquer les cadres de gestion des risques traditionnels. Il est temps de penser différemment au financement des risques. Le financement de risque de nouvelle génération repose sur quatre principes fondamentaux :

  1. Les organisations peuvent maintenant analyser et explorer leurs possibilités et avantages liés aux risques dans les données sur le financement des risques recueillies de manière traditionnelle et dans des données sur la gestion des risques qu’il nous était impossible d’obtenir il y a seulement cinq ans.
  2. L’établissement de liens entre les données sur les risques et les renseignements sur le rendement des entreprises peut aider les organisations à prendre des décisions éclairées en matière de stratégie et de rendement financier.
  3. Même si les couvertures d’assurance sont généralement organisées et placées individuellement, les organisations peuvent les réorganiser et les analyser à l’aide de données afin de créer un portefeuille de risques plus robuste. Cette approche de portefeuille permet aux organisations d’exploiter plus efficacement leur compréhension de la volatilité des risques et de tarifer leur prise en charge des risques par rapport au transfert.
  4. Grâce à leurs portefeuilles de risque bien gérés, les organisations peuvent tirer parti des protections en les regroupant selon toutes les catégories de risques financiers, opérationnels et de danger.

Lorsque les organisations maîtrisent ces principes, elles peuvent devenir des « souscripteurs de choix ». Cela signifie que les organisations peuvent souscrire leurs risques et tarifer les transferts de risques de façon organique, sans égard à la perception du marché ou à la tarification historique des risques. Par exemple, un détaillant mondial a évalué sa couverture immobilière selon le financement de risque de nouvelle génération. L’analyse a révélé les principaux facteurs de coût et le détaillant a pu déterminer les risques qu’il était préférable que le programme conserve, puis négocier une baisse substantielle du prix de son transfert de risque.

Trouvez le « prix d’exercice » de vos risques

Les organisations qui considèrent les risques comme un portefeuille peuvent « calculer » leur appétit pour le risque. De là, elles peuvent modéliser la volatilité de leur programme et établir le « prix d’exercice » de chaque type de couverture. Autrement dit, le prix d’exercice détermine s’il est logique de conserver le risque ou s’il vaut mieux le transférer au moyen d’une couverture d’assurance.

Le prix d’exercice simplifie la décision de prise de risque. Indique-t-il que l’organisation peut assumer elle-même le risque ou qu’il serait plus efficace et plus économique de le transférer sur le marché au moyen d’une assurance?

Le prix d’exercice aide les organisations à amorcer un nouveau dialogue avec les assureurs. Elles peuvent l’utiliser pour signaler leurs attentes en matière de tarification dans l’ensemble de leurs portefeuilles de risques. Lorsque le marché atteint ou dépasse le prix d’exercice, l’organisation peut transférer le risque. Lorsque le marché n’atteint pas le prix d’exercice, l’organisation conserve le risque dans son bilan ou par l’entremise d’une compagnie d’assurance captive, entièrement détenue et contrôlée par l’assuré.

Devenez un « souscripteur de choix »

Le financement de risque de nouvelle génération tire parti des connaissances et de l’expérience opérationnelle d’une organisation pour créer un nouveau scénario de gestion des risques. L’approche change la façon dont les assureurs et les organisations agissent ensemble.

Lorsqu’une organisation devient un « souscripteur de choix », la discussion porte moins sur les renouvellements et les augmentations de taux et davantage sur l’amélioration efficace du rendement financier de l’organisation. Par conséquent, le portefeuille de risques devient la base économique sous-jacente du financement des risques à l’échelle de l’entreprise. L’organisation, qui était auparavant un acheteur d’assurances, devient un souscripteur.

Le financement de risque de nouvelle génération encourage un changement de mentalité dans l’ensemble de l’organisation. Pour la plupart des organisations, ce statut de souscripteur de choix se traduira par une exploitation plus efficace de leurs connaissances, de leurs données et de leur capacité de communiquer le risque sur le marché comme moteur de rendement financier. La perturbation causée par la COVID-19 et d’autres circonstances économiques offre aux organisations l’occasion d’adopter un cadre actualisé et réorienté afin d’optimiser leurs stratégies de gestion des risques, de contrôler les coûts et de stimuler la croissance.